Comment enseigner le raisonnement critique

Préambule

À la suite de son Guide pour les parents, l’association Reboot a conçu et publié un Guide pour les enseignants destiné à leur fournir des outils et des clés pour les aider à enseigner le raisonnement critique à leurs élèves.

La version française ci-dessous est un abrégé du guide publié en anglais, disponible ici en intégralité.

Enseigner le raisonnement critique ou comment inspirer un meilleur raisonnement

Beaucoup d’enseignants le confirmeraient, enseigner le raisonnement critique est un défi. Le temps de cours est toujours trop court et l’enseignement de la réflexion et du raisonnement peut facilement passer à la trappe, en particulier pour laisser la priorité aux exigences des programmes et à la préparation des examens. Mais pour un nombre croissant d’enseignants, le raisonnement critique est devenu une priorité.

Car les jeunes ont clairement besoin d’une éducation au raisonnement critique, et cela pour plusieurs raisons :

  • ils sont confrontés à de multiples crises, certaines réelles et d’autres inventées ou amplifiées par des sources d’informations non fiables et des utilisateurs de réseaux sociaux surexcités ;
  • ils passent une partie de leur temps de plus en plus grande dans un environnement connecté où les annonceurs publicitaires et les groupes d’intérêt ont acquis un pouvoir de manipulation sur eux inimaginable auparavant ;
  • la technologie, la vie politique et la société en général semblent se transformer plus rapidement que jamais, et l’avenir apparaît plus incertain que jamais également.
Ces changements ne font pas que rendre le monde plus compliqué ; ils affectent en même temps nos capacités de compréhension. Il est prouvé que l’utilisation des réseaux sociaux peut porter préjudice aux capacités d’attention, a un effet démesuré sur les émotions et la santé mentale, et affecte même la mémoire. Des systèmes de récompenses entraînant une dépendance psychologique sont intégrés dans la conception de beaucoup de ces plateformes.

Même des sources d’information généralement fiables, qui s’adaptent de plus en plus à leur propre fragment du marché médiatique, peuvent déborder nos capacités de jugement avec des titres sensationalistes, des cadrages trompeurs, ou avec le simple volume d’information mis à notre disposition.

Le type de réflexion et d’attention requis pour s’engager dans des problématiques compliquées devient plus difficile à cultiver et à entretenir que dans un écosystème médiatique moins saturé. Dans ces conditions, le raisonnement critique, terme à la mode depuis longtemps dans l’éducation, prend une importance nouvelle et plus urgente. De nouvelles occasions et de nouvelles méthodes d’enseignement du raisonnement critique deviennent nécessaires.

Le raisonnement critique, terme à la mode depuis longtemps dans l’éducation, prend une importance nouvelle et plus urgente.

Être capable de raisonner de manière critique – avec rigueur, profondeur, patience, intelligence émotionnelle et humilité – peut avoir des effets très divers sur bien des aspects de la vie des élèves : dans leurs participations citoyennes, sur leur réussite professionnelle, dans leur capacité à contruire et entretenir des relations saines avec les autres, sur leur santé mentale et même sur leur bien-être physique.

Quelles sont les stratégies clés pour enseigner les compétences de raisonnement critique ? De bien des manières, nous en sommes encore à la case départ quand il s’agit d’enseigner le raisonnement critique à nos élèves. Nous sommes confrontés à un certain nombre d’obstacles :

  • les enseignants n’ont pas le temps, ni la latitude, ni les contenus ni les outils de perfectionnement professionnel pour enseigner le raisonnement critique à leurs élèves ;
  • les priorités de l’enseignement général – trop centrées sur les résultats de tests et des compétences étroitement définies – ne laissent pas de place pour le raisonnement critique ;
  • les résultats de recherche les plus avancés – qui suggèrent fortement que l’éducation au raisonnement critique doit être encapsulée avec l’enseignement des spécialités – ne sont pas assez connus ni mis en pratique partout ;
  • les programmes traditionnels n’ont pas évolué suffisamment vite pour s’adapter aux nouveaux défis auxquels sont confrontés les élèves pour analyser l’information et les médias.

Qu’est-ce que le raisonnement critique ?

Malgré tout ce que l’on entend sur le raisonnement critique, il reste encore beaucoup de confusion sur ce que c’est exactement. Alors, que veut dire «raisonnement critique» ? Ce point est évidemment clé pour l’enseigner.

À la Fondation Reboot, nous le définissons très simplement : il s’agit de compétences de haut niveau en raisonnement, en formation du jugement, et dans la prise de décision. Pour être encore plus simple, raisonner de manière critique c’est bien bien raisonner.

Pour être précis, ceux qui raisonnent de manière critique se montrent généralement réflexifs, objectifs et analytiques dans leur réflexion.

Pour être plus précis, ceux qui raisonnent de manière critique se montrent généralement réflexifs, objectifs et analytiques dans leur réflexion :

  • ils prennent du recul pour réfléchir sur leur propre raisonnement, prennent le temps de planifier, d’élaborer des stratégies et de reconsidérer leur réflexion si nécessaire ;
  • ils font de leur mieux pour surmonter les biais subjectifs. Bien qu’ils soient conscients que la pure objectivité est un idéal inatteignable, ils s’appuient sur les points de vue des autres, en particulier ceux qui sont opposés, pour élargir leur horizon ;
  • ils utilisent des outils logiques analytiques et une argumentation efficace pour évaluer les preuves, construire leur jugement et débattre des sujets avec les autres.

Pour aller plus loin sur la définition du raisonnement critique par la Fondation Reboot, reportez-vous à cet article : «Qu’est-ce que le raisonnement critique ?»

Comment enseigner le raisonnement critique ?

Pour élaborer ce guide sur la manière d’enseigner le raisonnement critique, nous avons consulté un certain nombre d’enseignants reconnus aux Etats-Unis, intervenant dans différents profils d’établissements, dans différents niveaux scolaires, et dans des zones géographiques différentes.

En ce qui concerne l’enseignement des compétences de raisonnement critique, il ressort que le même type d’obstacles surgissent inlassablement, comme le focus sur les tests ou la responsabilité des enseignants, qui met beaucoup de pression sur l’encadrement et sur les enseignants eux-mêmes et les encourage à suivre des programmes plus uniformes et plus rigides dans le but d’obtenir de bons résultats aux tests.

Pour en tenir compte, ce guide fournit aux enseignants des conseils thématisés pour intégrer le raisonnement critique dans leurs programmes de cours. Il est évident que tous les enseignants ne sont pas confrontés aux mêmes contextes ou difficultés pour enseigner le raisonnement critique. C’est pourquoi, plutôt que des plans de cours rigides, nous avons choisi de proposer de courts synopsis de recherche et des idées de cours ou d’activités de raisonnement critique. Nous espérons que cela incitera les enseignants à les adapter à leurs besoins, et fera émerger de nouvelles idées et de nouvelles expériences dans leurs classes.

Importance des savoirs disciplinaires pour enseigner le raisonnement critique

Malgré tous les grands discours sur le raisonnement critique, en réalité on ne consacre pas assez de temps à son enseignement. Une des principales raisons à cela est une idée fausse au sujet de sa nature. Le raisonnement critique n’est pas une compétence unique qui peut être enseignée comme on enseigne le violoncelle, ou un contenu à mémoriser comme l’histoire de la Révolution française. Ce que recouvre le raisonnement critique dépend souvent du contenu et de la discipline.

Ce que recouvre le raisonnement critique dépend souvent du contenu et de la discipline.

Bien qu’il puisse y avoir des recoupements, les bonnes habitudes et les stratégies de raisonnement en physique ne ressemblent pas à celles que l’on utilise en analyse de texte. Nous devons le garder à l’esprit lorsque que nous nous efforçons d’enseigner à raisonner. C’est ce que nous dit Daniel Willingham, chercheur en sciences cognitives : «Les processus de réflexion sont liés au sujet sur lequel on réfléchit».

Que cela signifie-t-il pour les enseignants ? C’est une bonne et une mauvaise nouvelle. La mauvaise nouvelle, c’est que le raisonnement critique en tant que compétence générique est difficile à enseigner. Les compétences de raisonnement apprises dans un domaine ne s’appliquent pas forcément à d’autres matières. Mais la bonne nouvelle, c’est qu’il existe une éducation au raisonnement critique spécifique qui peut être intégrée à des pratiques existantes. La clé est de bien comprendre ce qui constitue un raisonnement approfondi dans tel ou tel domaine, et de mettre en place des pratiques en classe qui amèneront les élèves vers ce type de raisonnement. C’est ce que nous avons cherché à faire avec ce guide.

Inculquer des habitudes de raisonnement critique

Cela étant dit, il existe des habitudes et des qualités transverses en ce qui concerne l’enseignement du raisonnement critique. Les enseignants peuvent avoir un impact en inculquant ces qualités intellectuelles à leurs élèves chaque fois que cela est possible.

Éveiller la curiosité. 

Les jeunes élèves sont avides de découvrir le monde et posent des questions incessantes. Pourquoi l’herbe est-elle verte ? Pourquoi les zèbres ont-ils des rayures ? Même les adolescents ont tendance à poser beaucoup de questions – bien que leurs questions prennent parfois un tour plus cynique.

Il n’est pas toujours possible de s’attarder sur chaque question pendant les cours, et certaines d’entre elles peuvent être perturbantes. Mais il est essentiel que les enseignants prennent le temps de s’y arrêter et encouragent la curiosité de leurs élèves. La curiosité, quand elle est élaborée et affinée, est primordiale pour devenir un citoyen du monde informé et engagé.

Les discussions ouvertes sont d’excellents moyens de susciter la curiosité. Nous avons donné des exemples de ce type de discussion dans notre article sur le raisonnement critique et la lecture. Vous y trouverez des astuces sur la manière d’inciter les élèves à poser des questions morales et philosophiques plus profondes sur les textes littéraires. En s’exerçant à affiner leur curiosité, les élèves vont commencer à développer ce que l’on appelle la métacognition, le fait de penser sur sa propre pensée. C’est un aspect fondamental du raisonnement critique, par lequel les élèves exercent leur curiosité sur eux-mêmes et commencent à se demander pourquoi ils pensent et ils croient comme ils le font.

Gérer ses émotions.

Les émotions pourraient paraître très éloignées de la capacité à raisonner, mais le raisonnement critique est émotionnellement difficile. Ceux qui pensent de manière critique doivent faire preuve d’humilité pour admettre qu’ils ne savent pas tout et qu’ils peuvent se tromper. En même temps, ils doivent avoir suffisamment confiance en eux pour poser des questions difficiles et remettre l’autorité en question s’il y a lieu. Et, c’est peut-être le plus crucial, ils doivent être capables d’évaluer et d’analyser les arguments sur le fond et non de juger la personne qui les a énoncés.

Quand les émotions s’exacerbent en classe, par exemple lors d’un débat sur un sujet qui porte à controverse, c’est une opportunité pour les enseignants d’inculquer ces qualités. Nous proposons des astuces sur la manière de faire dans notre article sur l’éducation civique. L’objectif est de donner aux élèves les compétences civiques et la confiance pour qu’ils puissent au final apporter une contribution positive à leur communauté et à la société en général.

Vérifier les biais. 

Les débats émotionnels peuvent poser des difficultés particulières pour reconnaître et surmonter les biais. Quand nous sommes envahis par les émotions, nous avons généralement du mal à prendre du recul et à rechercher les malentendus, les conclusions hâtives et les présupposés que nous avons eus à l’égard des personnes avec qui nous nous disputons. L’instruction dans les domaines de la logique et de la philosophie peut aider les élèves à reconnaître un raisonnement biaisé chez eux et, en particulier, dans certains des raisonnements faibles que l’on rencontre forcément en ligne. Ces sujets ont trop souvent été considérés comme d’un niveau trop avancé pour les élèves du primaire et du secondaire.

Reportez-vous à nos articles sur l’éducation aux médias et à la philosophie pour en savoir plus sur la manière d’aider les élèves à gérer ces appels émotionnels et à comprendre les biais

Pour télécharger le PDF
du Guide d’Enseignement de la Pensée Critique